Le président du Médef des Bouches-du-Rhône estime que c'est aux actionnaires de prendre des risques en aidant de jeunes entreprises. Ce n'est pas à l'Etat de s'en charger, via la Banque publique d'investissement présentée en Conseil des ministres.

Stéphane Brousse, interrogé par Angélique Bouin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.