Le président va avoir l'obligation de désamorcer ce que le député de la majorité appelle "une bombe à retardement". Lionnel Lucas considère que la pression est trop forte sur le président pour qu'il garde la silence.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.