"Si je perds, j'arrête : c'est mot pour mot le message que le président candidat a passé hier. Il prend deux risques : transformer le scrutin en référendum pour ou contre lui et démobiliser son camp. Sa stratégie se met en place.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.