Avec cette visite à Tripoli, le président français honore une promesse faite au CNT, le Conseil national de transition. Les Libyens apprécient qu’il ait été le premier à soutenir militairement et diplomatiquement la révolution libyenne.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.