Le feuilleton Sciences Po continue avec de nouveaux rebondissements: Rappel des épisodes précédents: début octobre, les conclusions provisoires de la Cour des comptes soulignaient que le statut obsolète de Sciences Po avait entraîné une gabegie d'argent public et de nombreux dysfonctionnements. Au sujet des enseignants-chercheurs, la Cour estimait qu'ils effectuaient 30% de leur service mais étaient payés 100%.En revanche les vacataires assuraient 93% des heures d'enseignement et représentaient 20% des dépenses. La publication officielle du rapport définitif sur la gestion de Sciences Po c'est demain à la Cour des comptes mais la contre-attaque est déjà lancée! Nous avons pu nous procurer les réponses de Sciences Po au rapport de la Cour des comptes. Dans ce document de 75 pages, la direction de Sciences Po estime que le rapport comprend des remarques fondées, des critiques justifiées mais également des éléments contestables. Pour mettre fin aux irrégularités constantes dans la gestion de l'établissement, Sciences Po suit l'avis de la Cour et supprimera les cumuls de décharges et d'heures complémentaires pour les enseignants sous statut public, les cumuls de décharges et de primes pour une même fonction,les décharges supérieures aux deux tiers du service d'enseignement. En matière de rémunération, rappelons que le salaire annuel de Richard Descoings culminait en 2010 à 537 000 euros. Pour cette indemnité mensuelle, aucun contrat formel, aucun vote en conseil d'administration. Sciences Po indique que désormais l'accent va être mis sur la modération, la normalisation et la transparence des procédures. Le directeur de l'IEP sera rémunéré comme un président d'Université. Sciences Po fixera le montant de la rémunération des cadres dirigeants en se référant aux pratiques des établissements d'enseignement supérieur comparables et en mettant en place un système d'évaluation écrite fondée sur une appréciation détaillée des performances au regard des objectifs fixés.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.