RANGOUN, 1er avril (Reuters) - Des élections législatives partielles, auxquelles Aung San Suu Kyi brigue un siège, ont lieu ce dimanche en Birmanie.

Les opérations de vote ont débuté à 06h00 locales (23h30 GMT samedi). On ignore quand les résultats seront annoncés. La Ligue nationale pour la démocratie (LND), la formation d'opposition d'Aung San Suu Kyi, présente des candidats dans 44 des 45 circonscriptions en jeu.

Les Etats-Unis et l'Union européenne ont laissé entendre que les sanctions économiques imposées voici des années contre la Birmanie en raison des violations des droits de l'homme pourraient être levées si le scrutin était libre et honnête.

Des observateurs internationaux sont sur place, par Dominique André

"Nous sommes heureux de constater que tout se déroule dans le calme et nous espérons que toute la journée se passera tranquillement", a déclaré le député européen Ivo Belet, présent en qualité d'observateur. "Nous procéderons ultérieurement à une évaluation, sur la base de toutes les observations effectuées dans les bureaux de vote", a-t-il ajouté.

Un gouvernement civil est arrivé aux affaires voici un an après pratiquement un demi-siècle de régime militaire, et il a surpris la communauté internationale par la rapidité avec laquelle il a engagé des réformes politiques et économiques, notamment en libérant plusieurs centaines de prisonnierspolitiques.

Pour être jugé crédible, le scrutin devra recevoir la bénédiction d'Aung San Suu Kyi, lauréate du prix Nobel de la paix dont l'assignation à résidence a pris fin en novembre 2010. Concernant ces législatives, elle a d'ores et déjà dénoncé vendredi des pressions "au-delà de l'acceptable".

"Pour une élection démocratique, ce qui se passe dans ce pays est vraiment au-delà de l'acceptable. Cependant, nous sommes résolus à continuer parce que nous pensons que c'est ceque veut le peuple", a-t-elle déclaré à des journalistes. Elle a accusé ainsi ses adversaires de vandaliser ses affiches de campagne, de manipuler les listes électorales ou de commettre de "nombreux actes d'intimidation".

Aung San Suu Kyi est candidate dans la circonscription de Kawhmu, au sud de Rangoun, l'ancienne capitale. Le gouvernement birman a invité un petit nombre d'observateurs électoraux, dont cinq de l'Asean (Association des nations de l'Asie du Sud-Est), mais ils n'ont guère eu de temps pour effectuer des préparatifs en Birmanie.

(Aung Hla Tun, Jean-Stéphane Brosse et Eric Faye pour le service français)

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.