Sans même attendre la mort du "tueur au scooter", la droite a rouvert hier les hostilités électorales en pilonnant la gauche sur le thème de la sécurité.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.