L'ancien premier secrétaire du parti socialiste voit plus loin que l'élection de Jean-Pierre Bel à la tête de la chambre haute. Il estime que le prochain président pourra avoir les coudées franches pour mener une politique plus accomplie.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.