Le chef de l'État met la défaite sur le compte de la progression de la gauche lors des élections locales depuis 2004. Son entourage assure qu'il n'est pas question de douter de la candidature de Sarkozy pour mener la bataille en 2012.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.