Le chef de l'Etat, Moncef Marzouki et le président de l'Assemblée nationale constituante (ANC), Mustapha Ben Jaafar, sont venus à Sidi-Bouzid, cette ville économiquement marginalisée du centre-ouest du pays pour marquer les deux ans de l'immolation de Mohamed Bouazizi.

M. Ben Jaafar tentait de s'exprimer devant 5.000 personnes réunies sur la place où le vendeur ambulant excédé par la misère s'est immolé quand mes jets de pierre ont commencé après un discours de M. Marzouki.

Le peuple veut la chute du gouvernement;

Le service d'ordre a évacué les deux dirigeants, qui n'ont pas été touchés. Des slogans révolutionnaires, ont envahi la tribune. La police n'est pas intervenue, alors que les heurts entre manifestants et policiers se multiplient dans le pays depuis plusieurs mois. En début d'après-midi, le clame est revenu.

Le Premier ministre islamiste Hamadi Jebali, grippé, n'a pas assisté aux célébrations.

Les précisions de Thibault Cavaillès

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.