L'homme qui a volontairement renversé des militaires de l'opération Sentinelle avec sa voiture, a été intercepté et arrêté alors qu'il roulait sur l'A16 en direction de Calais.

Un soldat se trouve sur le site où une voiture a percuté six militaires à Levallois-Perret, le 9 août 2017.
Un soldat se trouve sur le site où une voiture a percuté six militaires à Levallois-Perret, le 9 août 2017. © AFP / STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

L'homme a été arrêté au volant du véhicule soupçonné d'avoir percuté des militaires mercredi matin à Levallois-Perret. L'interception s'est déroulée en début d'après-midi sur l'autoroute A16 alors que l'homme roulait en direction de Calais. La BWM du suspect était une location, c'est donc la géolocalisation de la voiture qui a permis aux policiers de le retrouver. L'homme a tenté de prendre la fuite et a été blessé lors de l'interpellation selon des sources judiciaires. Tout comme un policier, blessé par une balle perdue. Ce sont les Brigades de recherche et d'intervention (BRI) de Lille et Rouen qui sont intervenues.

C'est vers 8h ce mercredi matin que six militaires de l'opération Sentinelle ont été renversés par une voiture près de la maire de Levallois-Perret, au moment où les soldats sortaient de leur cantonnement.

Parmi les six militaires touchés par cette attaque, deux ont été grièvement blessés mais leur pronostic vital n'est pas engagé. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme, à priori seul dans la voiture, aurait prémédité son acte. Sa voiture était installée à coté de la caserne des militaires, qui se trouve au rez-de-chaussée d'un immeuble social de Levallois-Perret, au fond d'une voie sans issue.

Nouvelle attaque contre des  militaires de l'opération Sentinelle, cette fois à Levallois
Nouvelle attaque contre des militaires de l'opération Sentinelle, cette fois à Levallois © Visactu

Les militaires ont été agressés d'une manière odieuse par un véhicule qui était prépositionné, ça ne peut pas être autre chose qu'un acte délibéré

Pour Patrick Balkany, le maire de Levallois-Perret, "Le véhicule était dans une impasse, tout ça pour faire le plus de dégâts possible, c'est un véhicule puissant qui a accéléré dès que les militaires sont sortis".

Le parquet antiterroriste enquête

C'est la police judiciaire des Hauts-de-Seine qui était chargée de la traque en début de matinée. C'est maintenant la DGSI dont le siège est à Levallois justement, et la section anti-terroriste de la police judiciaire parisienne du 36 qui sont saisis de ce nouvel attentat présumé contre des militaires de Sentinelle.

Le ministre de l'intérieur Gérard Collomb et la ministre des Armées Françoise Parly se sont rendus à la mi-journée à l'hôpital de Percy-Clamart, dans les Hauts-de-Seine, où les deux militaires grièvement blessés ont été rapatriés. Ils iront également au chevet des quatre autres soldats renversés par le véhicule qui ont été transportés à l'hôpital militaire Bégin, à Saint-Mandé (Val de Marne). Les militaires visés font partie du 35e régiment d'infanterie de Belfort.

Le ministre de l'Intérieur a dénoncé "un acte délibéré". Gérard Collomb a rappelé que c'est "la sixième fois" que des militaires de l'opération Sentinelle sont pris pour cible depuis les attentats de janvier 2015.Ce qui fait dire aux général Vincent Desportes qu'il faut avoir le courage de donnera aux soldats français leur vraies mission et leur permettre de ne plus assumer la mission Sentinelle qui n'est "qu'une goutte d'eau psychologique". De son coté, le Premier ministre Edouard Philippe, a félicité "les forces de sécurité qui, dans un délai très court, ont pu interpeller le suspect", lors des questions au gouvernement ce mercredi après-midi à l'Assemblée nationale.

L'opération Sentinelle a été déployée sur l'ensemble du territoire au lendemain des attentats de Charlie Hebdo et de l'Hypercasher en janvier 2015. Comme les policiers, ils sont régulièrement la cible d'attaques terroristes.

Les militaires et les policiers sont régulièrement la cible d'attaques terroristes
Les militaires et les policiers sont régulièrement la cible d'attaques terroristes © Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.