Lundi à 19h00, ce sera le début de la grève par épisodes de deux jours sur cinq, initiée par la CGT, l'Unsa et la CFDT, et planifiée jusqu'au 28 juin. La direction de la SNCF a communiqué ses prévisions de trafic.

Le mouvement de grève à la SNCF est prévu à partir du 3 avril 19h
Le mouvement de grève à la SNCF est prévu à partir du 3 avril 19h © AFP / David Seyer / CrowdSpark

Alors que les usagers se préparent à affronter de sévères perturbations, SUD-Rail, s'est joint aux autres syndicats et appelle lundi à une grève illimitée, reconductible par 24 heures, à partir de 20H00 lundi.  

Prédisant une mobilisation de grande ampleur, le président de la SNCF Guillaume Pepy a prévenu que "des lignes seront fermées". "Cette grève sera très pénalisante pour nos clients", dit-il.

La direction de la SNCF anticipe en revanche un trafic "normal" lundi après 19h00, contrairement aux précédentes mises en garde du PDG Guillaume Pepy. Vendredi déjà, Guillaume Pepy avait évoqué  la circulation d'"un train sur cinq ou un sur huit", certains syndicats évoquant même un train sur dix.

Les prévisions de trafic 

Le mouvement "a été pensé pour avoir un maximum d'impact sur le trafic et être le plus économe possible pour les grévistes", estime le patron de la SNCF.   

En Ile-de-France, la circulation sera variable selon les lignes, allant de un train sur deux sur le RER A à un sur trois sur le RER B et un sur cinq sur le RER C, selon les prévisions de la direction de la SNCF. Quant au RER D, un train sur quatre est annoncé, "uniquement" en heures de pointe vers Melun et Corbeil.   

Pour les Intercités, le trafic sera très perturbé avec, par exemple, sur les lignes Paris-Limoges-Toulouse (1 train sur 10), Paris-Rouen-Le Havre (1 sur 8) et Bordeaux-Marseille-Nice (1 sur 6). Depuis Boulogne vers Paris, un seul aller est prévu, de même que depuis Maubeuge.   

La SNCF invite les clients dont les trains ne seraient pas confirmés mardi à reporter leur voyage et à ne pas se rendre en gare.

Pour inciter des cadres à conduire des trains pendant la grève, la direction a proposé une prime de "conducteur occasionnel", signe d'une direction "aux abois", selon Erik  Meyer (SUD Rail).  Un "faux procès" pour la direction de la SNCF, cette prime ayant "pris effet au 1er janvier 2018", a assuré un porte-parole.  

De source gouvernementale, on dit s'attendre "à un mouvement social très lourd, très fort, avec un impact très dur sur les usagers du train"

46% de Français trouvent le mouvement "justifié" selon un sondage Ifop pour le JDD, le soutien à la grève progresse de 4 points en deux semaines, les partisans de la réforme restant légèrement majoritaires (51%).   

Les cheminots sont appelés à croiser le fer contre la suppression de l'embauche au statut à la SNCF, les modalités d'ouverture à la concurrence ou encore la transformation de la SNCF en société anonyme, ce qui ouvre la voie à une future privatisation, selon les syndicats.                    

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.