Le troisième confinement démarre par une semaine de cours à distance dans les écoles, collèges et lycées jusqu'au vendredi 9 avril inclus. Certains professionnels "indispensables à la gestion de l'épidémie" ont le droit d’emmener leurs enfants dans les établissements scolaires.

Un accueil sera garanti pendant la période de fermeture des écoles pour les enfants de soignants notamment
Un accueil sera garanti pendant la période de fermeture des écoles pour les enfants de soignants notamment © AFP / NICOLAS GUYONNET

Suite aux nouvelles restrictions annoncées mercredi 31 mars par Emmanuel Macron, les établissements scolaires sont fermés pour une durée de trois semaines. Avant des vacances unifiées pour toutes les zones (A, B et C), une semaine d'école en "distanciel" démarre donc pour les élèves jusqu'au vendredi 9 avril. À l’image de ce qui a été mis en place lors du premier confinement, certains professionnels peuvent dès ce mardi déposer leurs enfants au sein des établissements scolaires.

Ceux qui peuvent

Le ministère de la Santé a dressé la liste des "professions indispensables à la gestion de l’épidémie de Covid-19". En première ligne depuis le début de la crise sanitaire, les soignants figurent tout en haut : "les personnels des établissements de santé publics et privés" mais aussi les dentistes, les biologistes, les médecins libéraux, masseurs kinésithérapeutes, pharmaciens, sages-femmes. Les enfants des personnels d’EHPAD, des assistantes maternelles, des aides à domiciles et des enseignants auront cours à l’école et non à distance.

Les forces de l’ordre sont également intégrées à cette liste (policiers nationaux et municipaux, gendarmes, pompiers, surveillants pénitentiaires) tout comme les agents des services de l’Etat, ceux qui travaillent au sein des préfectures, des Agences régionales de santé et des administrations centrales. Un accueil en présentiel sera garanti aux enfants de tous les professionnels qui participent aux campagnes de dépistage, de vaccination et de traçage de "cas-contact".

Les absents de la liste

Un certain nombre de professions ont été oubliées dans la liste. On pense par exemple aux coiffeurs, libraires ou fleuristes pourtant autorisés à ouvrir pendant ce troisième confinement contrairement au premier du printemps dernier. Le personnel de la grande distribution n’a pas été pris en compte tout comme les éboueurs. Libre aux préfets des départements "d’identifier et de prioriser les besoins d’autres personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire et à la vie de la Nation", précise le ministère de la Santé.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.