> Ecoutez le reportage de Philippe Reltien à la sortie des urnes, au premier jour du vote (10/01/11)

> Ecoutez "Au Sud Soudan, les autorités chrétiennes ont pesé de toute leur influence afin d'infléchir le résultat. Le reportage de Nicolas Hénin à la cathédrale de Juba" (09/01/11)

> Etat des lieux - Ecoutez les explications de Philippe Reltien, à Juba (09/01/11)

Le plus vaste état d'Afrique est au bord de l'implosion. Après plusieurs décennies de guerre civile, les électeurs du Sud du pays sont invités à choisir entre un Soudan uni et la partition.

Ce référendum sur l'autodétermination du Sud Soudan est la conséquence directe de l'accord de paix signé en 2005 entre Nord et Sud, après plus de 50 ans de guerre civile. Les deux parties du pays entretiennent depuis longtemps des relations houleuses, qu'elles soient d'ordre sociétal, politique ou religieux.

L'issue de la consultation ne fait guère de doute: le Sud chrétien et animiste devrait décider de se séparer du Nord arabo-musulman. Le président islamiste Omar Hassan al Bachir a d'ailleurs semblé se résigner à la sécession la semaine dernière lors d'une visite à Juba, la future capitale du Sud.

Soudan
Soudan © Jean-Marie Porcher

Mais des questions cruciales restent en suspens: le partage des revenus du pétrole, dont le Sud possède 70% des gisements, le tracé exact de la frontière, le sort du Darfour, à l’ouest, ensanglanté par une guerre civile chronique depuis 2003 ou celui de la zone litigieuse d'Abyei, dont les deux parties se disputent la souveraineté et où un référendum séparé est aussi prévu. Même le nom du futur 54e membre de l'Union africaine et 193e pays du monde n'est pas encore défini. Parmi les appellations envisagées: Sud-Soudan, Nouveau Soudan, Equatorie, Djouwama et République du Nil.

Plus de trois millions d'électeurs se prononcent donc cette semaine sur l'avenir de la région, grande comme la péninsule ibérique et peuplée de 8 millions d’habitants, pour la plupart illettrés. Sur les bulletins de vote, deux simples dessins: celui de deux mains jointes pour l'unité et celui d'une main dressée, paume tendue, pour la séparation.

Photo de haut de page: © REUTERS

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.