Quinze jours après le retrait des milices Shebab de Mogadiscio, la capitale somalienne n'est pas totalement épargnée par la violence. Des combats se produisent toujours au Nord alors qu'une partie de l'aide humanitaire ne parvient pas aux réfugiés.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.