Sur le sable chaud, vous lirez bien quelques nouvelles, des petits livres qui tiennent dans le sac de plage, ou bien des bandes dessinées et des romans d'amour.

"Arretez-moi là" de Iain Levison dans la collection Piccolo de Liana Levi. L'un des meilleurs romans de la saison sur l'injustice et le systéme judiciaire americain.

arrétez moi là
arrétez moi là © radio-france

Jeff Sutton est chauffeur de taxi a Houston. Il prend en charge a l'aeroport une jeune femme qu'il accompagne à l'interieur de sa maison car elle n'a pas de monnaie sur elle. En attendant il s'intéresse à la fenetre du salon : tout simplement parce qu'il etait poseur de fenêtres il y a quelques années. Reflexe! Mal lui en prend. Quelques heures plus tard, il est arreté pour le kidnapping de la fillette de cette femme. Le cauchemard commençe. Jeff était fan des Experts et de Perry Masson. Il ne le sera plus. Pendant des mois il va crier son innocence aux policiers trop contents d'avoir si vite résolue l'affaire, à son avocat commis d'office qui le croit coupable, au juge qui ne se pose aucune question. Ne cédez pas a la tension, n'allez pas voir la fin, tenez jusqu'a la page 175 ou se produit le coup de theatre. Je ne dis rien de plus. Sauf que pour Jeff la prison sera en lui a jamais. Ce n'est pas une critique du systéme policier, judiciaire ou mediatique americain, c'est un constat qui fait froid dans le dos. Vous serez en colére mais pas en fait pas vraiment etonné. Et vous non plus vous ne regarderez plus Les experts avec les memes yeux. (Jacqueline Pétroz)

Imaqa, Fleming Jensen, écitions Babel

Imaga de Flemming Jensen Edit° Babel
Imaga de Flemming Jensen Edit° Babel © Radio France

__

Imaqa cela veut dire "peut-être". Au Groenland c'est comme un refrain parce-que les réponses trop catégoriques ne sont pas de mise, on vit là sans se demander pourquoi. Jensen écrit un roman plein de tendresse pour les habitants de ces îles perdues et plein de piques envers le Danemark, force de colonisation, il nous le rappelle .

Le héros Martin, est danois. Instituteur, à 38 ans, par esprit d'aventure, il se fait muter au Groënland. Sur l'ile d'Umanaq qui ressemble a un coeur, il va trouver l'amitié, l'amour, la solidarité. Les autres ne restaient en moyenne pas plus de 2 années. Martin lui, s'installe : il apprend la langue, se décide à manger du phoque et apprend à conduire un traineau. On suit en souriant, et en riant, ses étonnements, ses colères, ses découvertes. Comme lui, on adopte Jacob l'ado de 14 ans déraciné qui revient après avoir appris le danois et a perdu tous ces repères ; on adopte Gert le chasseur et ami si souvent de mauvaise foi, le médecin un peu dejanté, Olaf le chanteur d'Opéra qui laissera son coeur sur l'ile et Naja la douce et brillante épouse de Martin. La fin nous laisse un peu desemparés : après tant d'éclats de rire, l'âpreté de la vie le rattrape avec un drame et l'entremise d'un fonctionnaire tatillon et cupide. De ce formidable roman on tirera au moins 2 leçons.De l'importance du papier toilette sur une île ! Mais plus sérieusement dans ce quotidien si rude, les groënlandais ont un reméde à tout : joie, drame, douleur, ennui : le rire... à méditer ! (Jacqueline Pétroz)

"La vie sexuelle des cannibales" J.Marteen Troost, Hoëbeke(Papier toilette toujours)

Marteen Troost
Marteen Troost © Radio France / Christine Siméone

Il faut absolument lire ce livre au bord de la plage, et je dirais quasiment les pieds dans l'eau. Quelle est cette histoire? Un couple de jeunes américains décide de s'installer dans un atoll du bout du monde, espérant trouver un paradis perdu. Marteen Troost, qui a lui-même vécu cette histoire, n'innove pas en décrivant ces deux occidentaux pleins de bons sentiments (Madame travaille pour une ONG et va améliorer la vie locale de ses pauvres autochtones, notamment en étalant des tonnes de merdes sur les potagers), et très agacés par le manque d'hygiène ou d'informations planétaires des habitants de

Kiribati. En revanche il nous fait rire en tournant ces jeunes tourtereaux en ridicule. Il se moque de ce peuple qui a pour habitude de déféquer dans l'eau de mer, sur les plages qui serviraient de cartes postales pour paradis touristiques. Lecture terminée, levez les yeux, et regardez bien les baigneurs en face de vous.

vie sexuelle
vie sexuelle © Editions Hoëbeke / Christine Siméone

En revanche il nous fait rire en tournant ces jeunes tourtereaux en ridicule. Il se moque de ce peuple qui a pour habitude de déféquer dans l'eau de mer, sur les plages qui serviraient de cartes postales pour paradis touristiques. Lecture terminée, levez les yeux, et regardez bien les baigneurs en face de vous.Qui est en train de faire pipi dans l'eau? Invitons Marteen Troost a exercé ses talents d'observateur dans les contrées qui lui sont familières, en Europe ou Etats-Unis. Il y aura sûrement matière à rire. Même en terrain connu, il se pourrait que ses héros soient tout aussi ridicules.

"Un renard à mains et nues" Emmanuelle Pagano, POL

Lecture rapide, et gifle sur la joue du lecteur, tout juste pour se rafraîchir les idées, voici Un renard à mains nues , d'Emmanuelle Pagano, chez POL.

un renard à mains nues
un renard à mains nues © Radio France

L'auteur des Mains gamines , et de L'absence des oiseaux d'eau , a composé une trentaine d’histoires courtes. Pétanque, loi sur la majorité pour aller voter, panne de voiture sur l’autoroute, auto stop, rencontre du troisième type, triage des déchets, don de sang et pollution seront dans vos oreilles cet été, mais la vision de Pagano vous sortira de la torpeur.

Sur la quatrième de couverture, Emmanuelle Pagano explique qu'elle a pris quelques personnages en stop pour les mettre dans son livre.

Qui donc? Par exemple cette femme qui se souvient de la liberté qui a agité son corps brutalement un jour de juillet 1974. "Mon corps s'est tordu ... je sens encore les écureuils s'arc-boutant sous mes côtés ". Ce jour-là, la jeune fille a quitté la médiocrité familiale, mue par ce sentiment de liberté. Elle a pris ses papiers d'identité et elle est partie. Comme ça.En parlant de son père elle dit "il pouvait la mettre sur le buffet, sa vétuste puissance paternelle ma mère y ferait bien la poussière à ma place" ". Pour finir par "j'avais le monde ouvert qui me prenait tout entière dans son odeur de raisins ensoleillés ".

Emmanuelle Pagano
Emmanuelle Pagano © POL / Christine Siméone

Dans d'autres histoires, Pagano met en scène un personnage qui ouvre les poubelles du 16ième arrondissement de Paris, un pharmacien qui met dans sa vitrine des choses qui ne se vendent pas, des oeuvres d'art à contempler pendant qu'on est au feu rouge, devant sa vitrine .

C'est léger comme l'été et fort comme la vie quand elle fait peur aux enfants.

La vidéo d'Emmanuelle Pagano chez POL

Les Français vu par un mangaka japonais, "A Nous Deux Paris" Jean-Paul Nishi, Editions Philippe Picquier

"A nous deux Paris" de Jean Paul Nishi
"A nous deux Paris" de Jean Paul Nishi © Radio France

Ni violence ni piraterie dans le manga de Jean-Paul Nishi. Tel un Sempé à la japonaise, ce dessinateur, de son vrai nom Nishimura Taku, a choisi l'angle de l'humour pour découvrir Paris et les parisiens. Au départ débarqué dans la capitale pour apprendre son métier, il s'est retrouvé vendeur dans une épicerie japonaise, n'a pas appris un mot de français et est rentré sans diplôme à Tokyo. Mais pas tout à fait bredouille. Car c'est en racontant ses aventures parisiennes aux lecteurs japonais qu'il est enfin devenu mangaka.

Resquillage dans le métro, ramassage des crottes de chiens sur les trottoirs, les bizarreries de l'élégance à la française, font le sel des petites histoires croquées.

Jean-Paul Nishi

Après son succès au Japon, les éditions Philippe Picquier proposent donc aux lecteurs français de se délecter devant un Paris loin des clichés et à se moquer un peu d'eux-mêmes.

Tokyo Sanpo
Tokyo Sanpo © Philippe Piquier / Tokyo sanpo

Si vous lisez Jean-Paul Nishi, n'hésitez pas à croiser son regard avec celui de Florent Chavouet qui a publié chez le même éditeur, Tokyo Sanpo ,

"Tokyo et lestokyoïtes".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.