Ce matin, le président syrien a pris la parole devant le Parlement. Dans un discours sans surprise retransmis à la télévision, il a une nouvelle fois évoqué la théorie du complot venue de l'étranger, a assimilé la contestation a du terrorisme et a qualifié de "monstres" les auteurs des massacres perpétrés à Houla le 25 mai dernier. A Beyrouth, Hélène Bourgon...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.