L'émissaire international Kofi Annan a estimé hier devant le Conseil de sécurité de l'ONU que son plan de sortie de crise était sans doute "la dernière chance" d'éviter la guerre civile, malgré les violations répétées du cessez-le-feu.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.