frappe israélienne sur la syrie
frappe israélienne sur la syrie © reuters

Israël a mené deux raids en Syrie en 48 heures. Pour Jérusalem, il s’agissait d’empêcher un transfert d'armes au Hezbollah libanais. Pour Damas évidemment, cette agression est intolérable et pour les pays de la région, elle pose problème à tous ceux qui –soutenant l’opposition- condamnent Damas, attaqué aujourd’hui par Israël.

Alors que le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a dit sa préoccupation et a appelé au calme, la première réaction a été celle de l’Iran, pourtant son ennemi juré, qui s'est dit prêt à "entraîner" l'armée syrienne.

__

L'analyse de Fabrice Balanche, directeur du Groupe de recherche sur la Méditerranée et le Proche Orient

4 min

Inter treize - Syrie- invité Balanche

nouvelle frappe israélienne sur la syrie
nouvelle frappe israélienne sur la syrie © reuters

Un responsable israélien a confirmé la frappe, affirmant qu'elle "visait des missiles iraniens destinés au Hezbollah". "Chaque fois que des informations parviendront à Israël sur un transfert de missiles ou d'armements de Syrie au Liban, ils seront attaqués", a-t-il prévenu.

Pour Damas, ce raid prouve que les rebelles sont "les outils d'Israël à l'intérieur" du pays.

La télévision syrienne a annoncé en soirée que "les missiles étaient prêts pour frapper des cibles précises en cas de violation" et en Israël, deux batteries anti-missiles ont été déployées dans le nord du pays. L'armée israélienne a également ordonné la fermeture de l'espace aérien dans le nord du pays jusqu'au 9 mai.

A Beyrouth, Valérie Crova

54 sec

P réactions raid Syrie

Réactions internationales

Dimanche, l'Egypte , l'Algérie et la Ligue arabe ont condamné ces raids.

Samedi, Barack Obama a estimé "justifié" que les Israéliens cherchent à "se protéger contre le transfert d'armes sophistiquées à des organisations terroristes comme le Hezbollah".

Ces frappes, ont réussi à raviver le sentiment anti-israélien des pays de la région et embarassante pour les leaders arabes qui soutiennent la rébellion. La rapidité avec laquelle le président Morsi a réagi, en est la preuve.

Au Caire, Vanessa Descouraux

1 min

P Syrie israel - égypte réagit

La Russie , principal allié du régime de Bachar al Assad, s'est dite préoccupée lundi par la hausse des probabilités d'une intervention militaire en Syrie, après que l'armée israélienne a procédé à deux frappes dans le pays en 48 heures.

Le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères, Alexandre Loukachevitch, a déclaré:

Nous sommes sérieusement préoccupés par les signes de préparation de l'opinion publique mondiale à une possible intervention armée dans le conflit au long cours interne en Syrie.

Dans l'après-midi, le président russe Vladimir Poutine s'est même entretenu avec le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu. C'est en tout cas ce qu'a affirmé le porte-parole du kremlin, sans toutefois donner plus de détails.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.