Les massacres continuent en Syrie et les journalistes n'y sont pas les bienvenus. D'où l'importance des témoignages indirects comme celui de ce père jésuite, expulsé après 30 ans de présence à Damas en raison de ses prises de position. Valérie Crova

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.