Kofi Annan a confirmé que les victimes avaient été atteintes par des éclats d’obus ou tuées à bout portant. L’organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch a pu entrer en contact avec des survivants de la tuerie. A Beyrouth, Valérie Crova

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.