C'est un témoignage très rare : la désertion est en effet passible de la peine capitale en Syrie. Pour des raisons évidentes de sécurité, ce soldat a préféré garder l’anonymat.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.