C'est une des images fortes de "l'acte VIII" des "gilets jaunes" ce samedi : un ancien boxeur professionnel qui défie les forces de l'ordre et qui assène une pluie de coups à un gendarme mobile. Son nom : Christophe Dettinger dit "Le gitan de Massy". Voici le témoignage de son dernier entraîneur, Laurent Boucher.

Capture d'écran d'une vidéo postée sur Twitter
Capture d'écran d'une vidéo postée sur Twitter © Twitter

"Un mec sympa, gentil et respectueux, qui ne posait de problème à personne". Ce sont les premiers mots de celui qui a côtoyé tous les jours pendant deux ans Christophe Dettinger, l'homme qui été identifié frappant un CRS à terre lors de la manifestation parisienne des "gilets jaunes", ce dimanche 6 janvier à Paris. Laurent Boucher a été très déçu de voir son ancien poulain s'en prendre aux forces de l'ordre:

"Pourquoi tu as fait ça Christophe, pourquoi tu as fait ça ? Quel est l'intérêt ? Tu as une famille, tu as des enfants, quel est l'intérêt ? Moi, je peux aller lui tirer l'oreille, il ne dira rien. Il a intérêt à ne rien dire d'ailleurs. Je peux aller lui prendre l'oreille, le secouer et lui dire : pourquoi tu as fait ça ? Tu es un con."

"En boxe anglaise, on apprend à ne pas taper un homme au sol. Jamais" 

Plusieurs fois champion de France de boxe, Christophe Dettinger est en couple,  il a trois enfants, un crédit en cours sur une maison et un emploi stable de fonctionnaire territorial, dans l' Essonne.  Pour Laurent Boucher, l'ancien boxeur a tout simplement perdu le contrôle

"Il a dû péter un plomb par rapport à quelque chose. Les gens peuvent être impulsifs comme ça, sur le moment. Moi je peux l'être aussi. Ce qui m'a le plus choqué et je pense que pour vous, c'est la même chose, c'est de le voir taper le pauvre gendarme quand il est au sol, et surtout quand on sait que c'est un boxeur. En boxe anglaise, on apprend à ne pas taper un homme au sol. Jamais. Et lui, il l'a fait. 

Là, c'est chaud pour lui parce qu'il va prendre minimum trois ans. Parce que là, c'est télévisuel quand même, on le voit

Les éléments publics du profil Facebook de Christophe Dettinger montre qu'il est membre de plusieurs groupes de "gilets jaunes", comme "La France en colère !!!", qu'il relaie plusieurs publications des Anonymous et qu'il "like" une photo de Marion Maréchal. Certains de ses commentaires publics sont violemment anti-Macron.

Christophe Dettinger risque une peine maximale de cinq ans de prison et de 75 000 euros d'amende. Pour le moment, il n'a pas été entendu ou placé en garde-à-vue. 

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.