archives

Bertrand Boulin :

Mon père a sorti des dossiers sur Elf, Dassault, la sécurite sociale et l’Arabie Saoudite.

En janvier 1984, le fils de Robert Boulin, Bertrand Boulin (mort en mai 2002, à 53 ans, d’une crise cardiaque) déclarait à la presse avoir vu son père, avant sa mort, sortir certains dossiers de son coffre, concernant, Elf aquitaine, Dassault, la Sécurité sociale et l’Arabie Saoudite.

Ecoutez le témoignage de Bertrand Boulin

> Lire les déclarations de Bertrand Boulin dans la presse

archives

Jacques Chaban-Delmas:

L’assassin, il est où je le dis !

Ecoutez l’intervention de Jacques Chaban-Delmas le 1er novembre 1979 sur Europe 1.

La veille, Chaban-Delmas avait évoqué à la tribune de l’Assemblée nationale « cet assassinat, qui n’atteint pas seulement Robert Boulin, mais la France et la République. »

Face au journaliste Ivan Levaï, il laisse entendre que « les assassins » se trouvent bien du côté de ceux qui ont tenté de déstabiliser politiquement Boulin… comprenez : certains membres du RPR.

Jacques Chaban-Delmas

__

__

Une déstabilisation politique (à travers une affaire de terrain à Ramatuelle dans laquelle Boulin est la victime d’un escroc) que dénonce alors le chroniqueur politique Philippe Alexandre au micro de RTL le 3 novembre 1979. Ecoutez la chronique de Philippe Alexandre dans laquelle il explique que dès la mi-septembre « des dirigeants du RPR se sont réunis et ont décidé de révéler à la presse » des éléments de l’affaire de Ramatuelle.

__

Philippe Alexandre

__

__

__ Quelques jours avant la mort du ministre, Jacques Douté, restaurateur libournais, membre de la Grande loge de France et ami de Boulin, explique avoir eu une conversation téléphonique avec Boulin, dans laquelle ce dernier affirme vouloir se défendre face aux attaques dont il est l’objet et que « tout sera réglé » d’ici la mi-novembre. Selon Jacques Douté, Boulin aurait alors clairement mis en cause le RPR qui aurait « demandé au SAC » de l’ « éliminer ».

__

Entendu sur procès verbal le 2 septembre 2003, Jacques Douté n’avait pas fait référence à cette petite phrase de Boulin : « J’avais peur », explique Jacques Douté.

__

Jacques Douté

__

__

témoignage inédit

__

Une riveraine de l’étang rompu :

Ce type est poursuivi!

__

Cette riveraine en octobre 1979 de la forêt de Rambouillet, dont le témoignage n’a jamais été révélé, a beau être presque centenaire, elle ne veut toujours pas apparaître en pleine lumière dans l’affaire Boulin, et donner son identité… même 30 ans après les faits.

__

Pourtant, le souvenir qu’elle a gardé du lundi 29 octobre 1979, en fin d’après-midi, « vers 17 h 30-18 h » à de quoi intriguer.

__

Cette habitante à l’époque de la commune de Méré, sur la route de Saint-Leger en Yvelines, en haut de la côte de Montfort-L’Amaury (où Robert Boulin a été vu pour la dernière fois par un témoin, ce même 29 octobre en fin d’après-midi), se souvient parfaitement avoir vu une voiture débouler à toute allure dans son chemin habituellement désert. Le conducteur, dont elle n’a alors pas vu le visage, a demandé son chemin à ses voisins, avant de faire demi-tour dans la précipitation. « On s’est dit, c’est pas possible, ce type est poursuivi ! » , raconte cette retraitée, qui n’a fait le lien avec l’affaire Boulin que le lendemain matin, au moment de la découverte du corps de l’ancien ministre dans l’étang Rompu… située à moins de 5 kilomètres de son domicile.

__

Ecoutez le témoignage de cette riveraine de la fôret de Rambouillet, recueilli par téléphone.

__

__

archives

__

Quand Gaston Flosse rencontre Robert Boulin peu de temps avant sa mort

__

Le fait n’était pas caché, mais il est méconnu, même des plus fins connaisseurs du dossier Boulin.

Gaston Flosse, alors député RPR de Polynésie, déjà très proche de Jacques Chirac, est la dernière personnalité politique à avoir rencontré Robert Boulin, avant que ce dernier ne quitte son ministère du Travail, pour son domicile (avec une pile de dossiers qui disparaîtront par la suite), avant de partir, seul, au volant de sa voiture.

__

> Voir l’agenda de Robert Boulin, le 30 octobre 1979.

Une rencontre avec le député de Polynésie, Gaston Flosse est prévue à 15 heures.

__

Etant donné les liens très proches entre Gaston Flosse et Jacques Chirac, cette rencontre avec le député de Polynésie ajoute un parfum de mystère à la disparition de Robert Boulin. Pourquoi le ministre n’a-t-il pas annulé ce rendez-vous avec Flosse, comme il l’avait fait pour les syndicalistes de la CFTC qu’il devait rencontrer dans l’après-midi ?

__

Cet homme déjà résolu à appliquer sa tragique décision.

__

A l’époque, Gaston Flosse donne dans la presse sa version de sa rencontre avec Boulin, comme dans les colonnes de France-Soir :

__

_« Le député de Tahiti se souvient qu’il a trouvé le ministre du Travail quelque peu « nerveux » et qu’il avait même "l’air absent", tout au moins au début de l’entretien , rapporte France-Soir. M. Boulin a ensuite porté un plus grand intérêt aux propos de son interlocuteur concernant les chantiers en Polynésie. Il s’est même étonné de l’importance du chômage dans ce territoire d’outre-mer et a demandé à l’un de ses collaborateurs qu’une "suite immédiate" soit donnée à ces questions. Après vingt minutes, le ministre a raccompagné son visiteur sur le perron. Il paraissait particulièrement pressé au moment de prendre congé. »_

__

A Paris-Match, Gaston Flosse fait le récit suivant de sa rencontre avec Robert Boulin :

« J’arrive un peu avant 15 heures. Il me fait entrer à 15 h 02, venant lui-même me chercher à la porte. Nous nous asseyons autour d’une petite table ronde. Au départ il me parait un peu distrait. Lui ayant expliqué les raisons de ma visite, il me répond : « Vous n’allez pas me dire, M. le député, qu’il y a du chômage dans les îles ! » Je lui explique qu’il y a 5 à 7000 chômeurs pour 240 000 habitants. Il entre alors dans le vif du sujet.

__

Il émaille ses réponses de « Il faut absolument faire quelque chose. Je vous aiderai. Je vais trouver une solution… » Après une pause, il poursuit : « Je ne suis pas partisan de la création de caisses de chômage dans ces régions. C’est par la création d’emplois nouveaux qu’on apportera un remède. » Il prend des notes. Il parle avec une certaine passion des solutions à trouver.

__

L’entretien a duré 15 minutes. La conversation s’est passée sur un mode très naturel. Il y avait de la chaleur dans son ton et il semblait réellement préoccupé de trouver une solution. Il se lève sans précipitation. Je le reverrai toujours un peu penché vers l’avant, boutonnant sa veste. Sur le pas de la porte, je lui ai dit : « Nous aimerions que vous puissiez venir dans nos territoires du Pacifique pour vous rendre compte par vous-même de la situation. » J’ai été étonné parce qu’il n’a pas répondu. Il m’a serré chaleureusement la main. « Au revoir, Monsieur le député. »

__

Au journal Le Monde (2 novembre 1979), le député RPR de Polynésie indique avoir eu «le triste honneur d’être la dernière personne reçue par M. Boulin rue de Grenelle, lundi [30 octobre] à 15 heures. Cet homme, déjà résolu à appliquer sa tragique décision, a su pourtant marquer de l’intérêt pour les questions dont je l’entretenais », déclare Gaston Flosse.

__

30 ans plus tard, Gaston Flosse est rattrapé par de multiples dossiers judiciaires, notamment dans l’affaire JPK, du nom de Jean-Pascal Couraud, journaliste d’investigation et opposant politique à Gaston Flosse, disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 1997.

__

Ecoutez le magazine « Interception » du 16 décembre 2007, « Des requins en eaux troubles », consacré à l’affaire JPK.

__

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.