[scald=67555:sdl_editor_representation]par Eric Salliot

LONDRES (Reuters) - Jo-Wilfried Tsonga est devenu le troisième Français de l'histoire à se qualifier pour les demi-finales des Masters de tennis à la faveur de sa victoire, jeudi soir à Londres, face au numéro deux mondial Rafael Nadal.

Tsonga a dû batailler deux heures 42 pour venir à bout de l'Espagnol sur le score de 7-6 4-6 6-3 et rejoindre le Suisse Roger Federer, assuré de sa place dans le dernier carré avant même son succès en trois sets sur Mardy Fish plus tôt dans la journée.

Le Français, sixième à l'ATP, suit ainsi la voie tracée par ses compatriotes Sébastien Grosjean en 2001 et Gilles Simon en 2008. Samedi, il affrontera le vainqueur du groupe A, dans lequel l'Espagnol David Ferrer est déjà qualifié, l'autre ticket se jouant vendredi entre le Serbe Novak Djokovic et le Tchèque Tomas Berdych.

Face à un Nadal en manque de compétition et peu vaillant depuis le début de l'épreuve, Tsonga s'est montré dominateur durant la première manche mais faute d'avoir converti ses occasions, il a dû attendre le tie-break, survolé sept points a deux, pour empocher le set.

Dans le deuxième, il a lâché son service à 5-4 et laissé l'Espagnol revenir à une manche partout. Loin de se décourager, le Français a ravi le service de son adversaire dès le troisième jeu du set décisif pour se détacher 3-1 puis 5-2 après avoir une nouvelle fois pris l'engagement de Nadal.

Alors que Tsonga servait pour le match, l'ancien numéro un mondial a lâché ses dernières salves pour revenir à 5-3 mais n'a pu conserver son engagement et a cédé le match.

QUINZE VICTOIRES DE RANG POUR FEDERER

Auparavant, Roger Federer, tenant du titre, avait lâché un set mais n'a pas faibli pour battre l'Américain Mardy Fish, 6-1 3-6 6-3, à l'O2 Arena de Londres.

L'ancien numéro un mondial a ainsi signé sa troisième victoire consécutive depuis le début de l'épreuve pour terminer en tête du groupe B. Il totalise désormais 37 victoires en Masters, deux de moins qu'Ivan Lendl, le recordman en la matière.

"Je suis surpris de la manière dont cela s'est toujours passé pour moi lors de ces Masters. C'est une compétition dangereuse dans la mesure où vous jouez des gars du Top 10 et que c'est en deux sets gagnants. En plus, en indoor, quelques points peuvent faire pencher la balance", a dit le joueur de 30 ans, le plus âgé des neuf engagés dans l'épreuve.

Pour sa première apparition dans l'épreuve, Mardy Fish, qui n'avait plus aucune chance de rallier les demi-finales, a signé une jolie performance en ravissant un set à Federer, détenteur de 16 titres du Grand Chelem, un record.

Mais l'Américain a fini par s'incliner en une heure et 47 minutes.

Roger Federer qui reste sur deux victoires en tournoi, à Bâle et au Masters 1000 de Paris-Bercy, a reconnu que le fait de se savoir qualifié pour la suite avait joué dans la perte du deuxième set.

"Je suis rentré à 100% sur le court, comme à chaque fois. On essaie de jouer de la même façon, mais sachant qu'on n'a pas réellement besoin de gagner, peut-être qu'on ne joue pas de la même manière", a reconnu le Suisse.

"Mardy a très bien joué dans le deuxième set et je le pensais capable de poursuivre dans le troisième. J'ai été bien content de breaker assez tôt. C'est important pour la confiance de continuer à gagner. J'en suis à 15 victoires d'affilée maintenant", a-t-il souligné.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Henri-Pierre André

Mots-clés :

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.