Un cinquième de Bangkok est désormais noyé sous les eaux, mais le centre d'affaires est pour l'instant toujours au sec. Pour protéger les quartiers économiques, d'autres secteurs plus populaires ont été sacrifiés. Par Arnaud Dubus

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.