[scald=20449:sdl_editor_representation]CAP FRÉHEL, Côtes-d'Armor (Reuters) - Désormais libéré de la pression d'une victoire d'étape cette année, Mark Cavendish visera dès jeudi à Lisieux une 17e victoire dans le Tour de France.

Le Britannique, qui a fait taire les critiques d'un sprint surpuissant mercredi, sera une nouvelle fois l'homme à battre au terme des 226,5 km de cette sixième étape, qui s'élancera de Dinan.

"Tout le monde s'attendait à ce qu'il gagne quand on est arrivé ici", a expliqué son équipier Matt Goss.

"Maintenant que c'est fait, nous allons courir plus relâchés."

L'année dernière, Cavendish avait trébuché à plusieurs reprises avant de s'imposer dans la cinquième étape, en pleurs. Il avait ensuite remporté quatre autres étapes, dont celle des Champs-Elysées.

Il lui faudra, pour ajouter une ligne à son palmarès jeudi, passer une petite bosse située non loin de l'arrivée, s'il veut se mêler à l'explication finale.

S'il n'y parvenait pas, son équipe HTC-Highroad pourra reporter ses espoirs sur Goss.

"Si Cavendish n'est pas là pour le sprint, on a toujours Matt Goss", a assuré Allan Peiper, directeur sportif de la formation américaine.

Romain Feillu, que Cavendish a qualifié de "kamikaze", aura aussi à coeur de remporter sa première étape sur le Tour après avoir échoué de peu lundi.

José Joaquin Rojas, lui, voudra reprendre le maillot vert dont il a été dépossédé par Philippe Gilbert mercredi après avoir été disqualifié du sprint intermédiaire.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.