Manifestation des militants d'extrême-droite à Lyon
Manifestation des militants d'extrême-droite à Lyon © Maxppp / Stéphane Guiochon

Après une agression dans un bar gay à Lille samedi soir, le débat sur le mariage pour tous prend une autre tournure. L'opposition au projet est divisée quant à l'attitude à adopter face aux dérapages. Pour beaucoup, ce climat fait grimper l'homophobie.

Il est environ 22 heures à Lille, quatre hommes tentent de pénétrer dans un bar, un lieu de rencontre connu de la communauté homosexuelle. C'est là qu'une bagarre éclate entre les agresseurs, le propriétaire du bar et deux serveurs. Tous trois sont légèrement blessés.

Les quatre agresseurs jettent du mobilier du bar contre la vitrine et les clients, profèrent des injures homophobes, avant d'être mis en fuite par les clients.

"Ils sont venus pour casser du pédé, ils l'ont dit en ces termes ", affirme le gérant du bar. C'est la première fois que l'établissement est victime d'une attaque homophobe.

Écoutez le reportage d'Anne-Claire Gauchard.

Pour les clients et employés du bar, pas de secret : cette agression n'aurait pas eu lieu sans le climat actuel autour du mariage pour tous. Plusieurs manifestations avaient été organisées dans la journée à Lille contre la loi Taubira. En visite officielle à Roissy, François Hollande a dénoncé les derniers actes "_homophobes et violents_ " commis notamment à Lille. Pour le président de la République, "_aucune manifestation ne doit dégénérer, aucune ne doit s'en prendre aux biens publics et il ne peut pas y avoir d'actes contre des personnes_ ". Une autre agression homophobe a eu lieu dans un bar gay de Bordeaux hier soir. ### Le débat se poursuit à l'Assemblée nationale Pendant ce temps, à l'Assemblée nationale, les débats se poursuivent. Pouvoir exécutif et opposition se sont renvoyés la balle des responsabilités des dérapages. "_Provocs_ " policières insiste l'UMP. Christiane Taubira chante "_Le temps des cerises_ " pour décrire des bonheurs futurs pour les couples homosexuels. La ministre dénonce les "_cracheurs de haine, qui font acte de violence_ ". Des députés d'opposition qui ne sont d'ailleurs pas d'accord sur l'attitude à adopter face aux manifestations extrémistes. _Écoutez les précisions de Laetitia Saavedra, depuis l'Assemblée nationale._
La Fédération LGBT (fédération des associations et centres lesbiens, gays, bi et trans en France) parle de "_violences inacceptables (qui) interviennent dans un climat de harcèlement, de manifestations de la part des opposants qui ont décomplexé l'expression d'une homophobie désormais revendiquée_ ", au moment où l'Assemblée nationale a entamé l'examen en deuxième lecture du projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe.
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.