On se bat toujours dans Tripoli. Les rebelles, qui sont entrés dans la capitale hier, contrôlent en principe la quasi-totalité des quartiers, mais les snipers et les soldats de Kadhafi créent toujours la peur

Etienne Monin

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.