Le médecin urgentiste de Bayonne a reconnu devant la cour d'appel de Pau avoir pratiqué "des injections létales pour abréger, a-t-il dit, les souffrances des malades"

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.