L'association avait fait du cas de Troy Davis le symbole mondial de l'injustice et de la lutte contre la peine de mort. Geneviève Garrigos, présidente d'Amnesty-France, espère toujours que la commission des grâces va changer d'avis avant demain soir.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.