Une semaine après les incidents qui ont éclaté suite à la diffusion d'un film jugé blasphématoire aux États-Unis, les autorités retiennent leur souffle de l'Asie à l'Afrique. A Tunis, la ville est sous très haute surveillance. Antoine Giniaux.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.