La société tunisienne semble divisée un an après la révolution de jasmin. De nombreuses voix s'élèvent pour mettre en garde contre une islamisation rampante du pays, comme celle de l'avocate Nachad Saïdi.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.