Le nouveau PDG de Uber a révélé que les données personnelles de 57 millions d’utilisateurs à travers le monde ont été piratées à la fin de l’année dernière. Uber avait préféré cacher ce piratage.

Le piratage des données de la firme Uber remonte à 2016
Le piratage des données de la firme Uber remonte à 2016 © AFP / Philippe TURPIN / Photononstop

Au total, ce sont 57 millions d’utilisateurs à travers le monde et 600.000 chauffeurs aux Etats-Unis dont les adresses électroniques et les numéros de téléphone ont été subtilisés. 

Le nouveau patron d’Uber, Dara Kosrowshahi, nommé à la fin de l’été, assure que ni l’historique des trajets, ni les numéros de cartes bancaires,  ni les numéros de sécurité sociale (qui aux Etats-Unis servent d’identifiants) n’ont été piratés. 

Dans son communiqué, le patron de la compagnie explique qu’il n’a été informé de cet épisode que récemment mais que le hacking remonte en fait à la fin de l’année 2016. Il évoque 2 pirates ayant opéré de l'extérieur. Selon plusieurs médias américains, dont Bloomberg, ils auraient reçu de l’argent de la part d’Uber, 100.000 dollars, pour détruire les données récoltées, et cacher cet incident. 

Le piratage de Yahoo en 2014 reste le plus important à ce jour
Le piratage de Yahoo en 2014 reste le plus important à ce jour © Visactu / Visactu

Ce nouveau piratage de données confidentielles n’est pas le premier :  Yahoo, la chaîne de supermarchés Target, l’organisme de crédit Equifax ont du faire face à la même situation (pour Equifax ce sont les données de 145 millions de clients qui avaient été dérobées).

Uber a annoncé le licenciement de 2 de ses cadres, dont le responsable de la sécurité informatique. Kosrowshahi dit que tout ceci n’aurait jamais du arriver, mais que la société Uber apprenait de ses erreurs.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.