[scald=220951:sdl_editor_representation]NAIROBI (Reuters) - Uhuru Kenyatta, vice-Premier ministre sortant et inculpé de crimes de guerre par la Cour pénale internationale (CPI) pour son rôle présumé dans les violences post-électorales de 2007, a été officiellement proclamé samedi vainqueur du scrutin présidentiel du 4 mars.

"Je déclare par conséquent Uhuru Kenyatta président légitimement élu de la République du Kenya", a annoncé le président de la commission électorale, Issack Hassan.

Le fils du "père de l'indépendance", Jomo Kenyatta, bat ainsi dès le premier tour son grand rival politique, le Premier ministre sortant Raila Odinga.

Duncan Miriri et Richard Lough; Jean-Loup Fiévet pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.