Nicolas Sarkozy continue de faire pression sur les deux combattants pour la présidence de l’UMP.

L’ancien chef de l’Etat a demandé à François Fillon et Jean-François Copé de trouver une solution à la crise de l'UMP avant mardi, faute de quoi il dira publiquement que les deux hommes sont "disqualifiés" pour diriger le part, selon AFP.

Au lendemain de son déjeuner avec Jean-François Copé, l’ancien chef de l'État a demandé à François Fillon de se mettre d’accord avec son adversaire dans les plus brefs délais.

Même pression sur Jean-François Copé, qui aurait demandé à Nicolas Sarkozy plus de temps et proposé dimanche soir au plus tard pour faire un pas vers François Fillon, selon Le Figaro.

Au treizième jour de la crise ouverte à l'UMP, Nicolas Sarkozy, trouve que la situation a assez duré et que chacun des deux rivaux doit faire un pas vers l'autre.

Nicolas Sarkozy a donné quatre jours à François Fillon et Jean-François Copé pour trouver une porte de sortie.

Mardi, se tient à l’Assemble nationale la conférence des Présidents de groupe. Si François Fillon y participe, il entérine de fait la création de son nouveau groupe, ce dont Nicolas Sarkozy ne veut pas.

Les explications d’Annaïg Haute

Depuis deux semaines, les deux hommes semblent prêts à toute mettre en ouvre pour mettre la main sur l'UMP. La guerre des tranchées est figée à coup de groupe parlementaire dissident ou de nouveau refus, cette fois, de référendum.

Rien n'y a fait pour l’instant. Ni l'intervention du brièvement médiateur Alain Juppé, ni celle de Nicolas Sarkozy. Jusqu’à aujourd’hui du moins.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.