Notre-Dame-des-Landes
Notre-Dame-des-Landes © ©PHOTOPQR/OUEST FRANCE / Franck Dubray

La commission de dialogue nommée en novembre vient de rendre son rapport, où elle confirme la nécessité du futur aéroport... tout en reconnaissant qu'il faudra quelques aménagements, notamment pour mieux prendre en compte l'impact écologique.

Jean-Marc Ayrault l'a réaffirmé mardi : oui, il veut toujours construire l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Mais il promet que le projet sera amendé pour tenir compte des critiques de trois rapports commandés pour apaiser la contestation sur le terrain. Après des affrontements parfois violents entre opposants et forces de l'ordre sur le site du futur aéroport, près de Nantes, Jean-Marc Ayrault avait annoncé fin novembre une commission du dialogue pour apaiser les tensions.

Quelques réserves mais un feu vert

Le président de cette commission, Claude Chéreau, a rendu mardi son rapport qui, selon le gouvernement, confirme la nécessité d'un nouvel aéroport tout en émettant des réserves sur l'argumentaire du projet. Deux autres rapports remis le même jour, sur l'impact du projet sur les terres agricoles et sur l'environnement, plaident pour que soient mieux pris en compte ces aspects, notamment la compensation des zones humides qui seront détruites par la construction du nouvel aéroport.

Les explications de Julie Marie-Leconte.

"Le Premier ministre demande maintenant à Frédéric Cuvillier, ministre délégué en charge des Transports, de prendre en compte les recommandations des commissions", ont indiqué dans un communiqué les services du Premier ministre. _Cette décision de poursuivre le projet ne satisfait pas du tout les opposants. Écoutez Françoise Verchère, du Parti de Gauche._
Le groupe français de BTP et de concessions Vinci est chargé du financement, de la construction et de l'exploitation du futur Aéroport du Grand Ouest à travers une société associant également les Chambres de commerce et d'industrie de Nantes et Saint-Nazaire, ainsi que le groupe de travaux publics régional CIFE-ETPO.
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.