[scald=76811:sdl_editor_representation]MARSEILLE (Reuters) - L'un des malfaiteurs soupçonnés d'avoir participé à la fusillade qui a coûté la vie à un policier, fin novembre à Vitrolles (Bouches-du-Rhône), a été interpellé samedi à Marseille, a-t-on appris de source policière.

L'homme a été arrêté samedi matin dans un camp de gens du voyage de la périphérie marseillaise, dans le XVe arrondissement de la ville, par le groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) et les membres de la police judiciaire.

De même source, on précise qu'il faisait l'objet de deux avis de recherches, l'un pour des faits commis dans la région de Nîmes (Gard), le second pour l'affaire de Vitrolles.

Selon une autre source policière, le suspect, qui est âgé de 35 ans, a été condamné par défaut par la cour d'assises de Nîmes à quinze ans de prison pour récidive de vols à main armée et détention d'armes de première catégorie. Sa condamnation remonte à janvier, et non juin comme indiqué dans un premier temps de source policière.

Les policiers le pistaient depuis plusieurs semaines. Une première intervention policière avait eu lieu au camp du Ruisseau-Mirabeau -où le suspect a été interpellé- mais n'avait donné aucun résultat.

Touché à la tête et à l'abdomen par une rafale de kalachnikov le 28 novembre, un policier, Eric Lales, membre de la Bac d'Aix-en-Provence, a succombé à ses blessures dix jours plus tard.

Le policier, qui était âgé de 37 ans, participait à une course poursuite pour tenter d'intercepter quatre malfaiteurs soupçonnés de piller des entrepôts de la région marseillaise.

Sa mort a suscité une vive émotion parmi les policiers, choqués par l'utilisation d'armes de guerre pour un simple vol de produits surgelés.

Jean-François Rosnoblet, édité par Henri-Pierre André

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.