Il y a un an, des inondations monstres ont tué quatre personnes et blessé 24 autres en France. 19 départements d'Ile de france, du Centre et de l'Est ont été touchés.

 Inondations : survol en helicoptère au dessus de Bagneaux-sur-Loing (Seine et Marne) le 1er juin 2016
Inondations : survol en helicoptère au dessus de Bagneaux-sur-Loing (Seine et Marne) le 1er juin 2016 © Maxppp / Aurelien Morissard

Au total, plus de 180 000 sinistrés ont été recensés dans 19 départements de la région parisienne, du Centre et de l'Est. Les pluies n'en finissaient pas, les cours d'eau ne cessaient de gonfler et se déversaient en torrents sur des villes, villages et parcelles agricoles.

Les inondations à Chalette-sur-Loing (Loiret) , il y a un an
Les inondations à Chalette-sur-Loing (Loiret) , il y a un an © Reuters / Christian Hartmann

Surtout en Essonne, dans le Loiret et en Seine-et-Marne.

Bagneaux-sur-Loing, petite commune de Seine-et-Marne de 1 700 habitants peine à s'en remettre. Inondée à plus de 80% après le débordement de son canal, le coût total de ses inondations est estimé par la fédération des assurances à plus d'1.4 milliards d'euros.

Par endroits, un an après, le sol de la comune de Bagneaux-sur-Loing continue de s'affaisser
Par endroits, un an après, le sol de la comune de Bagneaux-sur-Loing continue de s'affaisser © Radio France / Julie Pietri

Francis Lebeau, venait de prendre sa retraite, après une vie à entretenir les routes, quand le canal aujourd'hui paisible qui borde sa maison s''est déversé en torrent sur sa propriété, légèrement en contre-bas.

On a eu de l'eau jusqu'à un mètre 40. Ca fait drole quand on revient le premier jour dans la boue, tout est retourné. On a eu du mal à s'en remttre. Tout a été foutu.

Avec sa famille, il a campé dans sa maison jusqu'au mois de novembre, le temps que les artisans viennent et fassent les réparations. Aujourd'hui, il regrette que les maisons soient invendables.

Le maire de la commune Claude Jamet se débat depuis un an pour reconstruire sa commune. Chaque habitant sinistré a reçu un bon de 500 euros pour acheter de l'électroménager. D'énormes travaux restent à faire : trois rues et la cour de l'école élémentaire qui s'affaissent.

Je vais endetter la commune alors qu'elle n'a jamais été endettée !

Le montant de ces travaux est estimé à un million 500 000 euros.

Toute une industrie du verre mise en danger

 Survol en helicoptere au dessus de Bagneaux sur Loing le 1er juin 2016
Survol en helicoptere au dessus de Bagneaux sur Loing le 1er juin 2016 © Maxppp / Aurelien Morissard

Bagneaux-sur-Loing, c'est aussi une histoire industrielle. 300 ans de travail du verre dans des usines au bord de l'eau. L'entreprise Keraglass, qui produit des feuilles de verre pour plaques de cuisson, se rétablit petit à petit... C'est du moins ce qu'assure l'un de ses directeurs, Gilles Grandpierre :

Des champs dévastés

Marc Plouvier, cultive des céréales. 280 hectares de blé, orge et colza. En partie noyés l'an dernier.

L'eau est restée trois bonnes semaines. On a perdu 50% du chiffre d'affaires.

D'autant que depuis trois ans, il ne cotisait plus pour l'assurance récolte. Marc Plouvier reconnait aujourd'hui que c'était "une erreur".

A une cinquantaine de kilomètres de là, près de Melun, le président des jeunes agriculteurs de Seine et Marne, Mathieu Beaudouin attendait sa première récolte de céréales. Il a perdu 60% de sa récolte. Un an après les inondations, il affirme être en déficit de 300 000 euros.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.