Patrick Rougelet :

C’était du renseignement politique au bénéfice de Jacques Chirac

Patrick Rougelet
Patrick Rougelet © radio-france
Patrick Rougelet est un ancien commissaire principal qui a passé 13 ans aux Renseignements généraux, notamment à la section « presse ». Dans un livre paru en 1997, « RG, la machine à scandales » (Albin Michel), il s’élevait contre les méthodes d’Yves Bertrand…

En 1995, avec quelques fonctionnaires de police, Patrick Rougelet rédige un rapport dénonçant ce qu’il considère comme les dérives des méthodes d'Yves Bertrand. Un rapport rédigé à l’attention du Premier ministre de l’époque, Alain Juppé.

Mais ce document est intercepté à Matignon par un préfet, proche du patron des RG.

Furieux, Yves Bertrand déclenche une enquête administrative confiée à l’IGPN (la police des polices), en invoquant une campagne de déstabilisation dirigée contre lui.

L’IGPN perquisitionne dans les bureaux de Rougelet. Des documents sont saisis. En octobre 96, une campagne de presse se déchaîne contre Rougelet et ses proches, relayant la thèse d’un complot fomenté pour abattre Yves Bertrand.

Rougelet est présenté comme un policier « qui dérape. »

L’Express

Patrick Rougelet poursuit en diffamation les journaux, alimentés par Yves Bertrand, qui l’ont présenté comme un « ripou », un maître chanteur ou encore un trafiquant de voitures à destination de l’Est ! Il obtiendra gain de cause devant les tribunaux…

Ecoutez les explications de Patrick Rougelet

Si Patrick Rougelet faire reconnaître par la justice la manipulation médiatique autour de son affaire, son « bras de fer » avec Yves Bertrand se termine, en revanche, à son désavantage.

Rougelet est révoqué de la police nationale, en février 1996.

Dans son livre « Je ne sais rien, mais je dirai (presque) tout », entretiens avec Eric Branca, (Plon,), Yves Bertrand présente cette affaire comme « l’activisme d’un petit groupe d’hommes dont la principale activité était d’organiser des coups tordus pour se promouvoir eux-mêmes en se débarrassant de ceux qui gênaient leurs ambitions. » Il va même jusqu’à qualifier Rougelet, et les fonctionnaires qui le soutenait, de « société secrète » !

Ecoutez la réponse d'Yves Bertrand aux accusations de Patrick Rougelet

Patrick Rougelet explique, de son côté, avoir simplement consulté le cadastre sur l’état des propriétés d’Yves Bertrand, comme n’importe quel citoyen est autorisé à le faire.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.