Une femme et son compagnon, tous deux salariés de Pôle Emploi à Brignoles (Var), ont été condamnés jeudi à deux ans et six mois de prison avec sursis. Entre 2013 et 2017, ils se sont versés 150 000 euros d'indemnités chômage en détournant des dossiers.

Pôle Emploi
Pôle Emploi © Radio France / .

Le manège a duré pendant quatre ans. Une salariée de Pôle Emploi et son collègue et compagnon, qui travaillaient à l'agence de Brignoles (Var), ont été condamnés à deux ans et six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Draguignan, a-t-on appris jeudi.

Entre 2013 et 2017, l'ancienne employée âgée de 48 ans et son compagnon âgé de 42 ans se sont versés un total de 150 000 euros d'indemnités chômage. Pour cela, la femme ouvrait des dossiers d'indemnisation sur son ordinateur en utilisant des noms d'allocataires existants ou fictifs, puis y inscrivait des coordonnées bancaires réelles ou non, dont les siennes. Les versements d'allocations arrivaient ainsi sur son compte. Elle était donc poursuivie pour escroquerie par personne chargée d'une mission de service public, abus de confiance, ainsi que faux et usage de faux. Son collègue était lui poursuivi pour recel.

Un burn-out après la fusion ANPE-Assedic

Lors de l'audience, la prévenue a présenté ses regrets et expliqué qu'elle faisait face à des difficultés financières, et qu'elle avait mal vécu la fusion entre l'ANPE et les Assedic. Selon maître Coline Martin, son avocate, "toute leur façon de travailler a été modifiée, ça a été déshumanisé, il y a eu une démobilisation. Avec la dématérialisation, l'archivage papier des originaux demandés aux demandeurs d'emploi a disparu, ouvrant la possibilité pour les demandeurs de charger eux-mêmes en ligne des pièces, ce qui favorise la fraude. Elle a fait un burn-out qui a été l'élément déclencheur."

En plus de leurs condamnations à des peines de prison avec sursis, les deux anciens employés devront rembourser 151 000 euros à Pôle Emploi. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.