le rapport sur les paradis fiscaux salué par berlin
le rapport sur les paradis fiscaux salué par berlin © reuters

Les fameux "OffshoreLeaks" continuent de faire parler d'eux... Notamment en France, où le journal le Monde met en cause deux banques françaises, soupçonnées d'avoir créé des sociétés offshore dans des paradis fiscaux. Quant aux bénéficiaires, on va de surprise en surprise...

Selon le quotidien, BNP Paribas et le Crédit agricole ont supervisé la création de ces sociétés à la fin des années 1990 et tout au long des années 2000. Le Monde explique que ces sociétés offshore ont en général été constituées depuis les filiales asiatiques des deux établissements bancaires français.Le quotidien se base sur les fichiers "OffshoreLeaks" rassemblés par l'ICIJ, le consortium international de journalistes d'investigation.

Comment ces fichiers ont-ils été constitués et quel est le rôle de l'ICIJ ? Le reportage de Fabienne Sintès.

L'ICIJ a même mis en ligne un document interactif permettant de découvrir "où cacher son argent", bref les caractéristiques (avantages, inconvénients) de tous les paradis fiscaux connus.

OffshoreLeaks, c'est quoi ?
OffshoreLeaks, c'est quoi ? © IDÉ

Et au milieu, du beau monde

L'OffshoreLeaks et l'affaire Cahuzac sont liées, car selon la même enquête, c'est par la société suisse Reyl and company que le scandale a éclaté. La banque a transféré a plusieurs reprises des avoirs à Singapour et dans différentes banques offshores, pour des clients qui craignaient de voir le secret bancaire suisse voler en éclats.

Les 160 journalistes qui enquêtent sur l'Offshore Leaks sont d'ailleurs allés de surprise en surprise. La liste des bénéficiaires de la société suisse est longue, et compterait des noms bien connus.__

Comment fonctionne cette société, Reyl ? Les détails avec Marion L'Hour.

Après les politiques, les banques dans le collimateur ?

"En participant activement à la création de ces sociétés offshore, les banques françaises contribuent à l'opacité financière internationale", affirme Le Monde sur le cas de BNP Paribas et du Crédit Agricole.Ces informations interviennent alors que la classe politique française est ébranlée par l'affaire Cahuzac et la révélation dans la presse de l'ouverture de sociétés dans un paradis fiscal par le trésorier de la campagne présidentielle de François Hollande."BNP Paribas exerce son activité dans le strict respect des lois et règlements en vigueur en France, en Europe et dans le monde", a réagi la banque dans un courriel à Reuters, qualifiant d'"anciens" les documents exploités par Le Monde."Les attentes de la société ont évolué ces dernières années", ajoute le groupe bancaire dans ce courriel. "BNP Paribas a revu et durci ses procédures, et s'impose aujourd'hui des obligations qui vont bien au-delà des exigences légales, par exemple en refusant d'ouvrir des comptes à des structures immatriculées dans certains pays lorsque leur propriétaire est européen."Le Crédit agricole a aussi déclaré respecter les lois et réglementations des pays où il est implanté.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.