9-8, un petit point d'écart mais qui vaut de l'or. Un match qui ne restera pas dans les annales mais qui permet à la France de disputer pour la troisième fois de son histoire, la finale du mondial.

L'analyse de Patrick Grivaz

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.