le pape déplore le côté négatif des médias
le pape déplore le côté négatif des médias © reuters

Selon le porte-parole du pape Benoît XVI, Federico Lombardi, un nouveau pape devrait être désigné "pour Pâques", soit le 31 mars prochain. Après la démission du pape, un conclave doit être organisé dans les 15 à 20 jours suivants.

Le porte-parole de Benoît XVI :

Il a dit très souvent qu'il voulait dédier son temps à la prière, à la réflexion éventuellement à l'écriture. Cela dépendra de lui.

Une démission papale, c'est possible

La démission du pape est envisagée comme une possibilité dans le canon 332 / Paragraphe 2 du Code du Droit Canonique. La seule condition pour que la démission soit valide est qu'elle soit faite "librement et se manifeste correctement". Il est écrit : "S'il arrive que le Pontife romain renonce à sa charge, il est requis pour la validité que la renonciation soit faite librement et qu'elle soit dûment manifestée, mais non pas qu'elle soit acceptée par qui que ce soit."

Le dernier pape à avoir démissionné est le pape Grégoire XII (1406-1415) : il l'a fait pour mettre fin au Grand Schisme d'Occident.

Le processus d'élection

Qui élit le pape ?

Pour pouvoir élire le pape, il faut être cardinal et avoir moins de 80 ans. Sur les 209 cardinaux du Collège cardinalice, ils sont 118 à pouvoir prendre part au vote. Benoît XVI, âgé de 85 ans, ne pourra donc pas voter.

Sur les 116 votants potentiels, plus de la moitié vient d’Europe (60), dont 28 Italiens, 5 Allemands et 4 Français (Philippe Barbarin, Jean-Pierre Ricard, Jean-Louis Tauran, André Vingt-Trois).

Le reste des votants se répartit de cette manière : 19 cardinaux d’Amérique latine, 14 d’Amérique du Nord, 11 d’Afrique, 11 d’Asie et 1 d’Océanie.

Qui sera candidat ?

Personne ne se porte officiellement candidat à la charge de souverain pontife. Le pape est généralement choisi parmi les cardinaux présents au conclave, mais tout archevêque, tout évêque et même tout prêtre peut être élu pape.

Y-at-il déjà des favoris ? Philippe Levillain est l'auteur du dictionnaire de la papauté.

Petit clin d'oeil... A Londres, les bookmakers ont commencé à miser sur le nom du successeur. En tête des suffrages, on trouve le cardinal ghanéen Peter Turkson, le cardinal italien Angelo Scola et le cardinal canadien Marc Ouellet.

Comment se déroulera l’élection ?

Les cardinaux se réuniront dans la chapelle Sixtine, au Vatican, dans le plus grand secret. C’est le fameux conclave, pendant lequel toute communication et toute concertation avec l’extérieur est interdite.

Deux à trois scrutins seront organisés chaque jour (à bulletin secret) jusqu’à ce qu’un cardinal recueille les deux tiers des suffrages.

Fumée noire, fumée blanche

À l’issue de chaque vote, les bulletins, anonymes, seront brûlés dans une cheminée dont la fumée est visible de la place Saint-Pierre. Si le vote est négatif, la fumée sera noire et les fidèles seront avertis que les cardinaux ne sont pas arrivés à se mettre d’accord sur le nom d’un pape.

Quand les cardinaux auront enfin trouvé leur souverain pontife, c’est une fumée blanche qui s’échappera de la cheminée visible par les fidèles. En avril 2005, le conclave qui avait conduit à l’élection de Benoît XVI avait duré 24 heures.

"Habemus papam". Comprenez "Nous avons un pape". C’est la formule en latin qui annonce l’élection d’un pape. Le nom du nouveau pape sera crié du balcon de la basilique Saint-Pierre à la foule rassemblée sur la place Saint-Pierre.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.