> Reporter - La médecine du travail toujours malade - Un reportage de Benoît Collombat

Suite à ces révélations, le ministre du Travail, Xavier Bertrand, avait annoncé une vaste enquête de la Direction du Travail, ainsi qu’une réforme de la médecine du travail.

Le 27 juin 2008, Xavier Bertrand prononce un discours sur le sujet

Un an après, la première réunion paritaire doit se tenir aujourd’hui, jeudi 15 janvier 2009, à 15H, au siège du MEDEF, pour faire le point sur cette réforme. Autant dire, qu’après l’émotion médiatique de l’an dernier, le chantier de la santé au travail n’a guère avancé.

Quant au ministre du Travail, Xavier Bertrand, qui s’apprête à prendre la direction de l’UMP, il paraît plutôt embarrassé par nos questions.

Un ministre embarrassé : quand Xavier Bertrand élude nos questions

Depuis un an, le ministre du Travail, a systématiquement refusé nos demandes d’entretiens sur les dérives de la médecine du travail. Nous sommes donc allés l’interroger, à l’issue de ses vœux à la presse, mardi dernier, rue de Grenelle.

Dans son discours, Xavier Bertrand a cité « la réforme de la médecine du travail » parmi les grands chantiers de 2009.

Mais devant notre micro, Xavier Bertrand se montre moins prolixe, renvoyant la balle vers « les partenaires sociaux »…

Ecoutez la réaction de Xavier Bertrand

Lecture

Les résultats de l'enquête diligentée par la Direction du Travail, à laquelle fait référence Xavier Bertrand, n'ont jamais été publiés. Par ailleurs, l'administration, directement placée sous la hiérarchie du Ministre, n'a jamais vraiment soutenu les professionnels qui dénonçaient les dérives.

Pour Bernard Salengro, président des médecins du travail de la CFE-CGC , les pouvoirs publics considèrent ce sujet comme une « patate chaude. » Il juge les propositions de réforme de Xavier Bertrand (une certification des services au lieu de l’agrément de l’Etat) « contre-productive » donnant ainsi « la main aux employeurs. » Bernard Salengro plaide, pour sa part, pour une gestion « paritaire » et « régionale ».

Bernard Salengro

Lecture

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.