Dans la classe de votre enfant, en seconde, il y a Amélie, Sacha, Ophélie et Hugo. Et un robot. En Rhône-Alpes, il permet aux élèves malades de suivre les cours, presque normalement.

robot lycéen en rhone alpes
robot lycéen en rhone alpes © Radio France

Cet élève-là aura du mal à se planquer près du radiateur pour se faire oublier. Un tube à roulettes, surmonté d’une tête blanche, équipée d’une caméra et percée de deux globes, ce n’est pas discret !

Le robot-lycéen sera testé à partir de la rentrée prochaine, dans trois établissements : La Martinière-Montplaisir à Lyon, Claude Fauriel à Saint-Etienne et Joseph Marie Carriat à Bourg-en-Bresse.

Assurer une réelle présence...

Le robot ne servira pas qu’à enregistrer et retransmettre les cours. Il peut se déplacer et participer au cours, sur commande de l’élève, immobilisé chez lui ou à l’hôpital.

"Je peux voir la classe, intervenir": reportage d'Hélène Chevallier

... Et stimuler l’économie

Pour un coût total de 490.000 euros, il s'agit aussi de stimuler l'innovation dans les 300 entreprises directement impliquées dans la robotique dans la région. Awabot, la société chargée de cette expérimentation, est basée à Villeurbanne.

Le robot, commercialisé par la société américaine Anybots, coûte aujourd'hui 12.600 euros. Le reste du budget servira à accompagner les élèves malades, leur famille et l'ensemble du corps enseignant pour favoriser la prise en main du robot et intégrer cette expérimentation dans un programme pédagogique.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.