Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a annoncé mardi une revalorisation de 10% surcinq ans du Revenu de solidarité active (RSA), avec une première hausse dès septembre 2013, en plus de l'indexation annuelle sur l'inflation. Il a déclaré à la Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale :

J'ai décidé de redresser la courbe de progression du RSA socle pour amener son niveau à 50% du smic. Je souhaite que d'ici 2017, c'est-à-dire à la fin du quinquennat, il ait augmenté de 10%, en plus de l'indexation annuelle sur l'inflation, avec une première revalorisation dès septembre 2013.

Cette mesure est loin d'être une surprise, Manuel Ruffez :

__

Daniel un sans domicile
Daniel un sans domicile © IP3 press / Vincent Isore

Il a précisé que les départements, qui versent le RSA, "feront l'objet d'une compensation intégrale".D'autre part, Jean-Marc Ayrault a annoncé pour le premier ntrimestre 2013 une réforme du RSA activité, "qui n'a pas atteint ses objectifs", et de la prime pour l'emploi.

Parmi les autres mesures :

  • La création d'un registre national des crédits aux particuliers

  • 8.000 places d'hébergement supplémentaires pour SDF et demandeurs d'asile

  • Une prochaine "garantie universelle des risques locatifs"

  • Un contrat d'insertion pour les jeunes en difficulté avec une allocation

  • Une hausse du plafond de ressources pour accéder à la CMU complémentaire

  • Un contrat d'insertion créé à la rentrée, assorti de 450 EUR d'allocation par mois

Selon les chiffres officiels, près de 70% des bénéficiaires potentiels du RSA activité, créé en 2009, n'y ont pas recours. Des campagnes d'information seront lancées à cet égard en 2013. Selon les Caisses d'allocations familiales, environ deux millions de personnes bénéficiaient du RSA en France fin décembre 2011.

Marie-Arlette Carlotti, ministre chargée de la lutte contre l'exclusion invitée de Claire Servajean

Bruno Tardieu, délégué national d'ATD Quart-Monde, parle"d'un signal fort : dire à toutes ces personnes qui bataillent avec le RSA qu'on ne les oublie pas. Quand on est passé du RMI au RSA, il n'y a pas eu le moindre centime supplémentaire."

Pour lui, c'est donc un changement heureux par rapport au gouvernement précédent :

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.