Laurent Curt

Cette déclaration n’est pas crédible.

Pour Laurent Curt, l’avocat de Jacqueline Héraud, la veuve du commandant de bord du Falcon 50 du président Habyarimana, le témoignage de Richard Mugenzi est sujet à caution.

Laurent Curt

Pour Laurent Curt, l’arrière plan politique franco-rwandais ne cesse de polluer ce dossier judiciaire. La France souhaite désormais se rapprocher du régime de Kigali, qui a désormais accès au dossier judiciaire depuis l’arrestation -probablement provoquée par Kigali- en novembre 2008 en Allemagne de Rose Kabuye, une proche de Paul Kagamé qui était sous le coup d’un mandat d’arrêt international.

Malgré ce contexte diplomatico-politique, Laurent Curt souhaite que le dossier soit clôturé dans les meilleurs délais afin qu’une vérité judiciaire puisse éventuellement se faire jour lors d’un procès, à la barre d’un tribunal.

Laurent Curt, avocat

Une nouvelle audition de Paul Barril est « incontournable »

Le 7 avril 1994, le capitaine Paul Barril, ancien membre du GIGN, se trouvait à Kigali. Quel rôle exact a joué cet ancien membre de la cellule de la « cellule antiterroriste » de l’Elysée, par ailleurs conseiller auprès du régime Habyarimana ?

Ainsi, selon le journaliste Patrick de Saint-Exupéry, spécialiste du Rwanda, Paul Barril, patron d’une société de sécurité, avait signé en 1993 (avant le génocide) un contrat de 1,2 million de dollars avec Kigali. Un contrat, intitulé « opération Insecticide », portant sur « le programme de formation » d’une « unité d’élite » devant être initiée au « tir » et aux « techniques d’infiltration »…

Trois mois après l’attentat, Paul Barril (qui n’a pas été interrogé dans le cadre de la mission d’information sur le Rwanda) prétendra faussement détenir la boîte noire du Falcon abattu, comme l’expliquait Patrick de Saint-Exupéry (auteur de « Complices de l’Inavouable », Les Arènes, 2009) le 9 avril dernier dans une tribune publié dans le journal « Le Monde », avec cette conclusion :

« L’histoire de la boîte noire du génocide ne dit rien, bien évidemment, sur le génocide. En revanche, elle dit tout ce qu’on a voulu lui faire raconter. Qui ? Pourquoi ? La réponse à ces questions se trouve à un endroit, un seul : Paris. »

Lire la tribune de Patrick de Saint-Exupéry sur le site internet des éditions des Arènes

Laurent Curt revient sur l’attitude étrange de Paul Barril et annonce à notre micro qu’il va demander aux juge Marc Trévidic et Philippe Coirre en charge du dossier une nouvelle audition de l’ancien membre du GIGN.

Laurent Curt, l’avocat de Jacqueline Héraud, la veuve du commandant de bord du Falcon 50 du président Habyarimana

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.