L'affaire Mohammed Merah, c'est aussi une affaire de famille. Si la mère du jeune homme refuse de venir discuter avec Mohamed Merah lorsque celui-ci est encerclé par le Raid dans son appartement de Toulouse, ses frères et soeur, eux, vont progressivement sortir du silence. Et adopter des comportements radicalement différents. Quand la justice soupçonne l'un d'avoir embrigadé Mohamed Merah dans une dérive radicale, l'autre dénonce en bloc sa famille et son éducation.

Abdelkader Merah, seul mis en examen

Le 21 mars, le frère aîné de Mohamed Merah est interpellé, placé en garde-à-vue dans les locaux de la sous-direction antiterroriste (SDAT) à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) pendant 96 heures (la durée maximale autorisée en matière de terrorisme) puis mis en examen et placé en détention le 25 mars pour "complicité d'assassinats", "association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme" et "vol en réunion". Le parquet de Paris affirmait alors disposer d'"indices graves ou concordants" à l'encontre du jeune homme d'une trentaine d'années.

Au moment des tueries de Toulouse, Abdelkader Merah vivait avec sa compagne à Auterive, à une quarantaine de kilomètres de Toulouse. Cette dernière a également été interpellé par la police avant d'être relâchée quelques heures après.

Les policiers fouillent la maison d'Abdelkader Merah
Les policiers fouillent la maison d'Abdelkader Merah © Radio France

Souad Merah, la fierté d'une soeur

Le 13 novembre, la soeur aînée de Mohamed Merah annonce qu'elle va déposer plainte contre M6 pour atteinte à la vie privée, après la diffusion par la chaîne d'un reportage, où elle est enregistrée à son insu et se dit "fière" de son frère Mohamed, a annoncé mardi son avocat.

Selon l'avocat de la jeune femme, Christian Etelin:

Les paroles ont été prononcées lors d'une conversation avec son frère de manière privée. Ceux qui les diffusent sont punissables

Extrait du reportage de M6 :

Abdelghani Merah, celui qui dénonce

L'un des frères de Mohamed Merah, Abdelghani Merah, tient lui, un tout autre discours. C'est lui qui apparait dans la vidéo ci-dessus, c'est lui aussi qui est l'auteur d'un livre sur sa famille.

Abdelghani Merah, invité du journal de 13 heures de France Inter

La diffusion de ces images et la publication du livre d'Abdelghani Merah ont relancé le débat sur la responsabilité des services secrets et des dirigeants de l'époque. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a saisi l'occasion à l'Assemblée nationale pour pointer du doigt la responsabilité de la droite qu'il accuse du "retour du terrorisme". Cette accusation a provoqué l'énervement des députés de l'UMP qui ont demandé la démission du ministre de l'Intérieur.

Pour Manuel Valls :

L'esbroufe c'est vous, l'échec, c'est vous, la hausse de la délinquance, c'est vous, les suppressions de postes de policiers et de gendarmes, c'est vous, le retour du terrorisme dans ce pays, c'est vous, la division des Français, c'est vous.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.