Les Français étaient une cible facile.

Mais sur le volet de la sécurité des salariés DCN à Karachi, la Mission cite des témoignages accablants pour DCN, émanant de deux spécialistes du Pakistan : l’universitaire Maryam Abou Zahab, universitaire, et le diplomate, Frédéric Grare :

Frédéric Grare : « L’information que nous avions en permanence, qui se savait, était que les personnels étaient mal protégés . Ils ont pu constituer une cible par défaut. »

__

Maryam Abou Zahab : « Les Français étaient une soft target, une cible facile . J’ai été très surprise d’apprendre qu’ils logeaient au Sheraton et que tous les matins, à la même heure, un minibus venait tous les chercher. Compte tenu du contexte de Karachi de l’époque, c’était presque suicidaire . Cela a été un choc pour moi de l’apprendre. Le terrain justifiait des mesures de sécurité plus solide . »

Encadré Karachi - employés en sécurité dans une voiture
Encadré Karachi - employés en sécurité dans une voiture © radio-france
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.